Treillières Über Alles

by Justin(e)

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
Treillières Über Alles, Treillières! Une preuve de plus que Treillières est l'équation parfaite Nous vivons tous à Treillières à deux exceptions près Les vertus périurbaines ont fait de nous des merveilles Une preuve de plus que Treillières est au dessus de vous Est au dessus de nous, est au dessus de tout. Treillières Über Alles, Treillières! Une preuve de plus que Treillières est l'équation parfaite À côté d'une super ville, dans la super campagne. Les joies périurbaines vous ferons dévorer le ciel Nous vivons tous à Treillières à deux exceptions près Renseignements : Fabien Lefloch 3 Rue des Dons 44119, TREILLIERES.
2.
Gloire à la raison du désir, que la vie nous épuise Que la gratuité libérée défie l'impossible enfin. Au couronnement du vivant, de ma colère à ton rire Et vivre comme si l'on ne devait pas mourir. Assassine l'esclave Tu n'as aucun compte à leur rendre Tu ne leur dois rien Assassine le maitre Tu n'as aucun compte à leur rendre Tu ne leurs dois rien. À nos enfants du libre échange, à l'économe qui nous dégrade Aux titres, aux chiffres, aux caractères, la peur et les nœuds de l'angoisse La conscience séparée du corps, passif et résigné À marchander ton énergie dans la disgrâce. Mort à la récompense, mort aux châtiments Mort à cette civilisation, et moi qui me dégrade avec elle Mort à la récompense, mort aux châtiments Mort à cette civilisation, et toi qui me dégrade avec elle Mort à la récompense, mort aux châtiments Mort à cette civilisation, et toi qui te dégrade avec elle Mort à la récompense, mort aux châtiments Mort à cette civilisation, et moi qui me dégrade avec elle.
3.
Rome 02:34
Regarde comme Rome est décadente Déchire le voile de l'unité Regarde comme Rome est impuissante A recouvrir l'odeur de ses charniers Regarde comme Rome est insolente 13 à table pour se moquer des bords chiasseux de nos paupières Écoute la méfiance de l'histoire Surveiller les visages et crier aux procès Écoute l'orgueil de l'histoire, Écoute la tristesse de l'histoire Ritournelles infernales, secret connu de tous La marchandise reste la même Regarde le romain consentir Collection de peuples exploités Regarde le romain se divertir Et s'administrer des doses de pitié Regarde le romain se repentir Incapable de nettoyer Le bord chiasseux de ses paupières La marchandise reste la même La marchandise est toujours la même Reste la méfiance de l'histoire Et le procès n'est pas terminé Reste l'orgueil de l'histoire Dans son vieux manteau enraciné Reste la tristesse de l'histoire Ritournelles infernales, secret connu de tous La marchandise sera toujours la même.
4.
Porcelaine 02:06
Faites place encore aux idées sans existence Même les laïques récitent le décalogue À défaut d'avoir le premier rôle Voilà la garantie d'en rester aux premières loges. Gracchus s'organise contre les troupes de Denikine Nestor insiste et conjure les égaux. Sereinement la révolte dévore ses enfants Et restaure à l'infini les grands gels. Écrasante Porcelaine Ne t'indigne pas, Porcelaine Et tu ne saigneras même pas, Porcelaine. Makarenko, Illitch, Fourier Tosquelles, Korczack, Pestalozzi. Oublie le sens, majuscule désaffectée Oublie le sens, mineur désintéressé
5.
BB77 02:09
05-BB77 On est désolés... On s'excuse, pardon... Mais tu vas grandir dans le 77... Pardon, dans le sud-est du 77... La ville la plus près c'est Provins... On est désolés... Il va falloir que tu trouves de quoi patienter Le week-end on essayera de s'en aller Mais en semaine tu devras Trouver ton plaisir dans le 77... Tu devras trouver de quoi t'instruire dans le 77... La ville la plus près c'est provins...C'est Christian Jacob... Y'a-t-il pour toi un avenir dans le 77 ? Quelque chose à construire dans le 77 ? Peut être seras-tu un changement radical pour le 77. Tout le monde voudra y venir Dans le sud est du 77. Chant : Alexandre Vaillant, Julie Sabatier et Louise Vaillant Synthétiseurs: Nicolas Lefloch
6.
Et la terre tremble encore, Myènè au ventre plein C'est ton énergie qui décide et qui hante les âmes vulgaires. Menace réelle ou mauvais rêve ? Omar ou Raie-Manta ? De Gaulle et Foccart par derrière, poissonnerie, étude de cas. Entends-tu le bruit du gaz ? Planche pourrie, moule avariée, voyeurs poilus en robe d'été. Entends-tu le bruit des balles Qui depuis la Françafrique résonne dans ton capital? Et la terre tremble encore, militaire au ventre plein C'est ton colon qui décide et qui travaille toute cette merde. Et c'est Moumié qui en crève, Omar ou Sankara. L'industriel par derrière et Vershave dans mes bras Paix réelles ou mauvaises trêves, Omar ou Raie-Manta? Chirac et Robert par derrière, poissonnerie étude de cas. Entends-tu le bruit du gaz ? Planche pourrie, moule avariée, voyeurs poilus en robe d'été. Entends-tu le bruit des balles Qui depuis la Françafrique résonne dans la capitale?
7.
Les Restes 02:23
Devant l'arche, déclaration de guerre. Renforçons le bouclier, la défense de nos arrières La succession, à la niche les aides ménagères. Oligarche, mon réseau solidaire Recentrons les pouvoirs, pénalisons leurs désespoirs Soumettons les magistrats, abolissons la matière. Et en face, laissons leur les restes À notre classe, la victoire Et pour eux de la friche comme décor Et la tendresse du ciel pour aggraver l'effort Et en face, après tout, qu'est ce qu'il reste ? Qu'est ce qu'il leur reste ? Devant l'arche, déclaration de guerre. Protégeons nos ghettos dorés Siégeons dans tous les conseils Brouillons les idéologies Que leurs acquis deviennent des privilèges. Oligarche mon réseau solidaire. Parions sur l'amnésie, laissons œuvrer la charité Et agenouillons le droit que vive la délinquance financière. Et en face, laissons leur les restes À notre classe, la victoire Et pour eux de la friche comme décor Et la tendresse du ciel pour aggraver l'effort Et en face, après tout, qu'est ce qu'il reste ? Tf1 et la belle illusion d'une république Et la tendresse du ciel pour être fier de leur sort. Et en face après tout qu'est ce qu'il reste? Qu'est ce qu'il leur reste? Servons nous des mots pour ne pas le dire. Et en face qu'est ce qu'il vous reste? A notre classe la victoire Et pour vous de la merde, comme décor La puanteur du ciel pour aggraver votre sort Et en face qu'est ce qu'il vous reste? Tf1 et vos belles illusions démocratiques On ne se cache même plus de nos usages cyniques, Et en face qu'est ce qu'il vous reste? Qu'est ce qu'il vous reste?
8.
Injectons leur de la méfiance et leurs corps vides de silence Éjectons de suite la déviance, le reste immobile dans l'errance Par la grammaire dominante, opposons le plus et le moins Par la grammaire dominante, faites moi taire tous ces vauriens Au revoir les mômes tristes Adieu la joie, bonjour les prêtres Au revoir les mondes tristes Adieu la force, bonjour les traîtres Au revoir les mômes tristes Volontaires par amour du maître Au revoir les mômes tristes Abrutissons leurs mouvements Et parquons les dans des salles closes Offre une activité sans but, le bonheur d'une journée morose Au bout de ton programme, que de la dissimulation Au bout de ton programme, que de l'ennui et du mensonge Vas y, couds leurs fesses ensemble Toute la raie du cul Enfonce dans leurs seins des épingles Encombre leurs corps de certitude Jusqu'au bout de ton beau programme La verge enfermée dans un étui en métal Jusqu'au bout de ton beau programme La vierge vidée enfin de tous ses organes
9.
Kronstadt 02:12
Le spectacle est terminé. Dans la moindre éraflure se glisse la gangrène On transpirera l'ennui et l'usure des rythmes obscènes On a spécialisé les gestes, mécanisé la souffrance Rejeté vers la fin du jour ce qu'il nous reste d'élégance. Cinq doses de fatigue nécessaire, utile morale sacrificielle On se suicide maintenant sur son lieu de travail par amour du métier on écrasa Kronstadt, allez. Le spectacle est terminé. Dans la moindre éraflure se glisse la gangrène On transpirera l'envie d'une inquisition à l'envers. Et l'odeur immonde du christianisme n'empêche plus de respirer Dans vos valeurs agonisantes, champs libre pour se déployer. Derrière l'effondrement des mythes un peu de place pour rejouer Sade, Maldoror ou Jarry contre une petite masturbation privée. Le spectacle est terminé / Retour à l'usure des rythmes obscènes Le spectacle est terminé / On a spécialisé les gestes Le spectacle est terminé / Mécanisé la souffrance Le spectacle est terminé.
10.
La Chute 01:58
Je ne fais pas dans le détail Tes problèmes ne sont pas les miens Alors me raconte pas ta vie Je suis pas assistante sociale Je jouis dans la culture juridique Les conseils de guerre au Fouquet’s Dans les mariages endogamiques Et dans les trous de Monfontaine. Et si je me casse la gueule je m'écraserai sur toi Sur ta vieille gueule d'esclave. Et si je me casse la gueule je me parachuterai sur toi Sur ta grosse gueule d'esclave. Rendez vous ce soir les amis à la conférence du siècle À la villa Montmorency avec Arnault et Desseigne. Si pour moi t'as raté ta vie c'est parce que tu t'y es mal pris Tu ne peux marchander ton corps Tu ne représentes aucune valeur. Prélève à la source, nationalise les banques Vote obligatoire, mort aux cumulards. 23 Milliards et tu ne comptes pour rien Si je me casse la gueule, je m'écraserai sur toi. Textes : Adolphe Lavenant et Alexandre Vaillant
11.
Amoureux de tous les âges Tranquilles dans chaleur des sexes Invitons l'ardente Eugénie Sortons le liquide de l'annexe. Lubrique aux divins massages Aux fureurs de l'exaltation Aux droits à la prostitution Plus de limites aux attractions. Quelque chose entre, quelque chose sort Déshabillons Marcella! Varions les efforts Quelque chose entre, quelque chose sort Déshabillons Marcella! Encore un effort. Des services sexuels pour les handicapés Pénétrations remboursées pour tous les enchainés. Le plaisir rentrera dans une caisse de résonance On décline à l'infini le secteur de la jouissance.
12.
Et retour à la Catalogne et la défaite républicaine Réus et vécu de fin de monde à l'arrivée de Francisco. L'histoire du POUM est dans les corps Le schizophrène dans la tranchée Embrassait l'effort militaire et renseignait le militant Sur l'écrasement de nos fantasmes. Et s'éloigner de l'Espagne, franchir les Pyrénées Se réfugier en Lozère et retrouver le marginal. Politique à la folie, transformer les asiles Assurer la survie au malade, un rôle primordial. Se réunir encore, vagabonder encore Devenir une équipe plus collective que Barcelone. Et retour à la catalogne à l'institut Père Mata, À l'unification marxiste et l'ombre du professeur Mira Sur le front du sud une putain infirmière Embrassait l'effort militaire et renseignait le militant.
13.
Entamant tranquillement 312 heures hebdomadaires J'étais pas hier matin à la FNSEA J'essayais discrètement de traire un actionnaire. En travaillant pour des miettes de rien Je vendais mon lait pour des miettes de pain. Notre survie n'a rien d'exemplaire Bonjour Manu! Bonjour les commissaires! Comment allez vous, gens de la ville? Ceux qui vont mourir vous saluent bien. Je travaillais pour des miettes de pain Je vendais mon lait pour des miettes de rien. C’est la chanson du lait! On sera demain matin devant le siège à Laval À crier au scandale et que Manu s'écroule. APLIiquer au partage, appliquer à l'épandage, APLIiquer au blocage. En travaillant pour des miettes de rien Je vendais mon lait pour des miettes de pain. Notre colère devrait être exemplaire Des millénaires à plier devant les rois. Comment allez vous faire gens de Laval? Ceux qui vous nourrissent ne vous saluent pas. Je travaillais pour des miettes de rien Je vendais mon lait pour des miettes de pain. Comment allez vous faire gens de Laval ? Ceux qui vous nourrissent ne vous saluent pas. Comment allez vous faire gens de la ville ? Ceux qui vont mourir ne vous saluent pas. Notre survie n'a rien d'exemplaire Des millénaires à plier devant les rois. Notre colère devrait être exemplaire Des millénaires à plier devant quoi? Comment allez vous gens de la ville? Ceux qui vont mourir ne vous saluent pas. Je travaillais pour des miettes de pain Je trempais mon lait, dans des miettes de rien.
14.
À nos pères en sursis, à nos mères combattantes À nos guerres utiles, aux alliances, aux ententes À l'histoire qui échoue dans une côte d'Adam Aux mensonges de confort, à l'amour, à Satan À la fin qui insiste, à chaque pas de travers À cette fin qui résiste sous le poids du mystère Aux mystiques, aux croyants, aux scientifiques amants Et aux restes qui trainent dans les jardins d'enfants. Au seul frère qui me reste Au seul frère lui restant Aux bombes sur Paris À la mort évidemment. Du détroit de Messine à la seule rue de Grandchamp Peu importe les signes et les artifices du temps On attend là. À ces dieux, aux damnés, qui ne laissent que le vide Assassins, suicidés, à ceux là qui décident Au néant qui séduit comme le parfum des flammes Qui caressèrent Waco et léchèrent Pompeï  Du détroit de Messine jusqu'aux rues de Paname Sous une balle de Mesrines, dans une bulle d'hôpital Qu'importe le flacon du seul frère me restant Qu'importe le poison, à la mort évidemment. Du détroit de Messine à la seule rue de Grandchamp Peu importe les cygnes et les artifices de leur chants On attend là. Pas de rappel possible à la fin de l'attente Mais avant le silence: des sirènes rugissantes. Il faudra bien s'y faire, peut-être même en rire Un de nous deux verra son dernier frère mourir. Du détroit de Messine aux fossés de Grandchamp Du destin de David à celui des assaillants Peu importe l'envie, peu importe le temps Peu importe l'ennui, peu importe le sang. Du destin d'une messine sous la terreur du tranchant Aux humeurs assassines des plus nobles tyrans Peu importent les cris, peu importe le vent Peu importe la mort, la mort évidemment.
15.
A.A. 03:16
De ma naissance je ne garde qu'un doute sérieux Et que reste-t-il d'un moi mort depuis déjà trop longtemps Quand à elle, elle vient quand elle veut Et me laisse en suspens, tornade désorganisante. De ma naissance je ne garde qu'un doute sérieux Et cette pensée qui m'abandonne à tous les degrés Je contourne les lumières, je ne commerce avec personne Et reste en deçà des mouvements. De vous à moi, quelle joie de s'autodétruire Quel plaisir de voir son corps décomposé jours après jours Quelle joie de s'autodétruire D'avoir à choisir entre l'explosion ou la paralysie Quelle joie de s'autodétruire De réduire à néant tout ce qui me sépare de moi Quelle joie de s'autodétruire. Il ne me reste qu'a donner du sens à l'irreprésentable Accuser l'autre qui vient de vol, de mensonge et de viol. J'ai beau fermer toutes les fenêtres C'est par chaque trou qu'ils me pénètrent Et de leurs voix obsédantes m'inondent de leurs injures. Il ne me reste qu'a donner du sens à l'irreprésentable Contenir dans un seul organe, le sexe, la mort et leurs femmes Et faire intervenir enfin l'inconnu Qui me dévore de son regard obsédant. De vous à moi, quelle joie de tous vous détruire Quel plaisir de voir des corps se décomposer tous les jours Quelle joie de tous vous détruire De vous obliger à choisir entre la corde et l'asphyxie Quelle joie de tous vous détruire De réduire à néant tout ce qui me sépare de vous Quelle joie de tous vous détruire

about

Enregistré en juillet 2011 au Drudenhaus Studio à Issé, France, par Neb Xort.
Disponible en CD avec livret "panini" et en LP VINYL 12" avec disque coloré, mixages et versions alternatives et titre bonus.

credits

released September 20, 2011

license

all rights reserved

tags

about

Justin(e) Treillières, France

Groupe de punk rock français, avançant sans contrôle, dans l’indifférence et la joie.

shows

contact / help

Contact Justin(e)

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

Justin(e) recommends:

If you like Justin(e), you may also like: